Le PSF s'opposera aux mesures structurelles proposées par l’Etat de Fribourg.

Le PSF a pris note de l’ensemble des mesures proposées par le Conseil d’Etat afin de réduire les déficits budgétaires et il s'y opposera car les propositions émises sont de véritables facteurs d’inégalités sociales pour la population fribourgeoise.

Il apparaît clairement que le Conseil d’Etat, en matière de mesures structurelles, n'a pas trouvé des solutions susceptibles d’apporter durablement une solution aux problèmes financiers de l’Etat.

Dans le domaine des économies liées aux subventions, le Conseil d’Etat nous parle de symétrie des sacrifices. Le PSF constate que la part la plus importante des économies proposées provient de la DSAS. Il s’agit d'un report de charges sur les assurés.

Les mesures les plus importantes touchent le personnel

Augmenter le nombre de paliers alors que l’employé qui s’est engagé au service de l’Etat a fait des projets en tenant compte des perspectives de revenus sur lesquels il pouvait compter dans les années à venir est une tromperie (les enfants, par exemple, ne grandiront pas deux fois plus lentement !).

Les exigences ne cessent d’augmenter dans le domaine administratif, les tâches sont toujours plus nombreuses à remplir, ne serait-ce qu’à cause de l’augmentation de la population. Limiter l’engagement à un poste administratif supplémentaire par direction par année ne correspond pas à une symétrie des sacrifices. Les besoins ne sont de loin pas identiques dans toutes les directions.

Les économies réalisées dans certaines directions concernent des domaines dans lesquels l’effort des collectivités publiques ne devrait pas se relâcher : par exemple, en matière de promotion des énergies renouvelables par la diminution des montants versés au Fonds de l’énergie, en matière de transport public par un report d’une part plus grande sur les communes, en matière de promotion du maintien à domicile dans le cadre du vieillissement de la population par une part moins importante de l’Etat pour l’aide et les soins à domicile.

Mais le plus inquiétant est que le Conseil d’Etat annonce déjà que ce paquet de mesures ne suffira pas à rétablir l’équilibre budgétaire.

Le Conseil d’Etat passe comme chat sur braises sur les nouveaux projets ou réformes qui seront reportés dans le temps, voire abandonnés. Ceci est grave et incompréhensible face aux défis importants que doit relever le canton.

Annonçant fièrement que dans sa recherche de solution, aucun domaine n’est tabou, il est regrettable que le Conseil d’Etat n’ait pas le courage d’explorer de manière plus approfondie l’augmentation des recettes puisque c’est bien là que le bât blesse. Un réel consensus sur des mesures structurelles et d’économie implique un effort de tous, des plus riches aussi. Les mesures proposées ne vont malheureusement pas dans ce sens.

Pour cette raison, le PSF luttera de toutes ses forces afin de maintenir les acquis sociaux et éviter d'augmenter encore les inégalités au sein de notre population.

13. Mai 2013