Le Parti socialiste fribourgeois (PSF) déplore la restructuration annoncée ce matin par la Poste qui planifie la transformation de 24 offices de poste en agences. D'une part cette restructuration entrainera des suppressions d'emplois et, d'autre part, les prestations des agences étant limitées, une péjoration des services à la population se produira.

Une fois de plus le service public est mis à mal. Le PSF l'a souvent relevé au moyen d'instruments parlementaires, la Poste, en tant que service universel, souffre d'une mauvaise stratégie de modernisation. En effet, la réduction des services offerts dans les "agences" pousse les particuliers vers le service privé. Par exemple pour le dépôt des paquets qui n'est plus possible dans les agences. Cette spirale de réduction entrainera une différence de prestations entre les villes et les zones plus éloignées des centres urbains.

Cette annonce tombe alors que le parlement fédéral traite d'une motion adoptée à l’unanimité en mai dernier par la Commission des transports et des télécommunications du Conseil des Etats (CTT-E) qui veut des garanties pour le maintien d’un réseau postal de qualité et de proximité. Le texte demande au Conseil fédéral de "contraindre la Poste à modifier ses critères de développement du réseau postal." Le PSF dénonce l'arrogance de La Poste qui, par l'annonce d'aujourd'hui, semble ignorer la volonté des politiques.

Pourtant dans sa déclaration la Poste annonce vouloir entrer en discussion avec les communes. Le PSF demande donc aux autorités, qu'elles soient cantonales ou communales de tout mettre en œuvre pour renverser la tendance afin qu'un service postal universel puisse être fourni à chacune et chacun quel que soit son lieu d'habitation.

Enfin, si, malgré toutes les démarches politiques, des suppressions d'emplois devaient avoir lieu, le PSF demande qu'un plan social soit mis en place pour les personnes concernées. Le PSF soutiendra dans cette démarche le personnel de la Poste.

19. Jun 2017